À quoi sert le contrôle des chômeurs ?

File 20180109 36025 370ks2.jpg?ixlib=rb 1.1
Agence Pôle emploi Dijon Nord., le 24 mars 2016. Julien Faure, Pôle emploi/Flickr


par Didier Demazière

Le contrôle des chômeurs s’invite régulièrement dans le débat public. C’est le cas en France à l’occasion de la réflexion gouvernementale sur le renforcement du contrôle de la recherche d’emploi. Cette question polarise les opinions : pour les uns cette politique est souhaitable car elle favorise un retour plus rapide à l’emploi et permet une chasse aux fraudeurs ; pour les autres elle est erronée car l’action publique doit être focalisée sur le soutien aux chômeurs et éviter tout risque de stigmatisation de ces victimes de la pénurie d’emplois.

Que sait-on des dispositifs de contrôle et de sanctions ? Quelle est leur efficacité sur l’accès à l’emploi ? Quelles sont leurs conséquences, voulues ou non ? Finalement, quelle est leur légitimité ?

Continue reading →

Grossiers de l’écran : la palme à Damien Adam

Retour sur une palme en plastique

Damien Adam décroche la palme
du Festival des Grossiers de l’écran

Le Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP) a remis les prix du Premier Festival des Grossiers de l’écran mercredi 10 janvier 2018 au cours d’une parodie de cérémonie dans les salons de la Mairie du 2e arrondissement de Paris. Dix personnalités ont été distinguées.

Le député LREM Damien ADAM est le grand vainqueur du Premier festival des Grossiers de l’Ecran. La palme d’or (pardon : de plastique rose) revient au député En Marche ! (vers quoi ?) pour sa déclaration :

Quand vous êtes salarié et que vous voyez certaines personnes qui partent en vacances aux Bahamas grâce à l’assurance chômage, il est légitime de se dire que ce système marche sur la tête ! »

Depuis le député aimerait bien que l’on oublie cette déclaration. D’ailleurs, il aurait présenté des excuses. Voyons un peu.

Continue reading →

Assurance chômage : un cadrage répressif de la réforme

Les partenaires sociaux viennent de recevoir la lettre de cadrage de la réforme voulue par le gouvernement pour l’assurance chômage.
En cinq chapitres brefs et peu détaillés la lettre rappelle les orientations connues du gouvernement et charge les partenaires sociaux de trouver des solutions à une partie des questions qu’il n’a pas pu lui-même résoudre.

Il fixe comme prochaine étape la date de fin janvier pour que les partenaires sociaux se mettent d’accord, faute de quoi le gouvernement reprendra la main.
Concernant les droits de  chômeurs, le gouvernement confirme son option répressive par un contrôle renforcée des chômeurs, vieille rengaine qui à défaut de mettre en oeuvre des solutions pour éradiquer le chômage stigmatise encore un peu plus les chômeurs.

La méthode proposée pour ce renforcement de la répression est similaire à celle utilisée contre les salariés pour favoriser leur licenciement (le barème des indemnités de licenciement) : dans les semaines qui viennent, le gouvernement

« proposera aux partenaires sociaux une réforme du barème et des modalités de sanctions »,

à charge pour eux d’assumer cette orientation coercitive.

On lira ci-dessous, d’une part le communiqué du MNCP et d’autre part le texte de la lettre de cadrage « Programme de travail portant orientation pour la réforme de l’assurance chômage » (en pièce jointe téléchargeable)

programme_de_travail_portant_orientation-451661

** 

Continue reading →

Des vidéos pour penser le chômage

L’année 2017 a été marquée par une série de vidéos réalisées dans le cadre du livre collectif Chômage, Précarité : Halte aux idées reçues. Nous en sommes aujourd’hui à la saison 2, la première ayant montrée son efficacité et tout l’intérêt de ce type de travail.

Episode 3 : Les jeunes d’aujourd’hui ne veulent plus…

Réalisées par Antoine Yon et Bruno Mathé, les épisodes qui se succèdent traitent chacun un thème à partir d’une « idée reçue ». Ainsi, dans les séquences ci-dessus, : « Les jeunes d’aujourd’hui ne veulent plus travailler ».

Rien n’est plus répandu que les idées reçues, surtout sur la question du chômage. Encore faut-il remarquer que le terme « idée reçue » est lui-même un bel euphémisme pour désigner avant tout une « idée transmise » à coup de propagande et pas par n’importe qui.

Continue reading →

Appel à souscription

Pour faire entendre la voix des chômeuses, chômeurs et précaires

Ordonnances, budget 2018, APL, emplois aidés, réduction des services publics, baisse de l’indemnisation, chômeurs « fainéants » et « fraudeurs » qui doivent être soumis à un « contrôle drastique » et maintenant contre-réforme de l’assurance chômage.

Jamais comme sous ce gouvernement Macron les privés d’emploi n’ont été à ce point stigmatisés, maltraités, privés de leurs droits. À commencer par celui d’être indemnisés à hauteur de leurs cotisations chômage et consultés lorsque des réformes sont engagées sous prétexte de lutter contre le chômage.

Les organisations de chômeuses, chômeurs et précaires ne peuvent compter sur leurs adhérents – survivant dans leur majorité en dessous du seuil de pauvreté – pour financer les actions nécessaires à la défense des droits, à la promotion de leurs propositions.

Pour assurer leur place dans le débat public, le MNCP appelle l’ensemble de la population à manifester sa solidarité en soutenant la souscription que nous lançons.

Oui, nous avons un besoin criant de moyens financiers pour organiser, manifester, soutenir nos associations et agir pour l’emploi et le revenu.

Souscrivez pour la défense des droits des chômeuses, chômeurs et précaires !

**

Fiscalité : Le don à LES AMIS DU MNCP PARTAGE ouvre droit à une réduction fiscale car il remplit les conditions générales prévues aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts.

Adressez vos dons par chèque à :

Amis du MNCP PARTAGE
17 rue de Lancry
75010 Paris

À l’ordre de « souscription Amis MNCP »

*

Vous pouvez également souscrire par Internet
sur ce site : bouton « Souscrivez » à l’accueil.

**

Samedi 2 décembre : êtes-vous z’entrop ?

Vous êtes z’entrop ?
Vous êtes (ou vous venez) à Paris pour la manifestation des chômeurs, chômeuses  et précaires samedi 2 décembre ?
N’hésitez pas à assister à la représentation des Z’Entrop : Comment ils ont inventé le chômage

Une pièce de Richard Dethyre
Mise en scène par Muriel Righeschi
Le chômage est à la mode, venez découvrir ses coulisses

Les Z’Entrop à Ivry

« Il fallait oser le faire et ils l’ont fait.
Ensemble, ils ont relevé le défi de nous faire vivre une sorte de dégrisement… » Yves Clot.

Comment les riches ont utilisé le chômage de masse ?
Milton Friedman, Margaret Thatcher et Warren Buffet viennent sur scène ; hilarant, émouvant, déjanté…
Les chômeurs à l’honneur, ils endossent leur propre rôle et ceux de leurs bourreaux.

Débat samedi 2 décembre

C’est gratuit pour les chômeurs et en prime un débat est organisé à la fin de la représentation (qui dure environ 1 heure) avec Richard Dethyre, Malika Zédiri et Robert Crémieux

Inscrivez-vous dès maintenant (en précisant chômeur/chômeuse/précaire MNCP)
Accessible par le métro (Mairie d’Ivry / terminus ligne 7)
Voilà, voilà…

Prestations sociales : le Défenseur des droits alerte sur les dérives de la chasse aux fraudeurs

Vous avez dit « fraude » ?

C’est un véritable pavé dans la mare qu’a lancé le Défenseurs des droits. Bien que passé à peu près inaperçu car les médias, en matière de fraude aux prestations sociales, sont plutôt friands de dénonciations calomnieuses envers les plus pauvres. Dans son rapport il pointe les « dérives », le mot est fort, de l’incitation des services publics à la « lutte contre la fraude » à Pôle emploi ou dans les CAF. Une fois de plus cependant il faut noter qu’un rapport officiel confirme ce que les organisations de chômeurs, les syndicats de Pôle emploi dénoncent comme une « chasse aux fraudeurs ». La fraude aux prestations existe, elle est condamnable, mais elle doit être ramenée à ses justes dimensions et ne doit pas tourner à l’inquisition sociale.
Nous publions ci-dessous le communiqué de presse du Défenseur des droits et en téléchargement la synthèse du rapport ainsi que le rapport complet.

Continue reading →

« Osons les jours heureux »

Le mouvement Utopia se définit comme une « coopérative citoyenne d’éducation populaire ». Parmi ses objectifs, la lutte contre un consumérisme effréné et le productivisme prédateur. Le mouvement s’efforce également à rassembler et faire coopérer les organisations citoyennes aujourd’hui dispersées mais représentant une majorité porteuse de l’aspiration populaire au « bien vivre ». Nous publions ci-dessous un article explicitant la démarche de l’une de ses initiatives « Osons les Jours Heureux ».

Une démarche inspirée du Programme du CNR en 1944

Continue reading →

Financer les prestations chômage par de la CSG : une réforme sans légitimité

Par Henri Sterdyniak*

L’assurance chômage est régie selon les principes de l’assurance sociale. Chaque salarié a droit à des prestations (l’ARE, Allocation d’aide au Retour à l’Emploi) qui dépendent, pour leur montant comme pour leur durée, des cotisations que lui et son entreprise ont versées.  Actuellement, les cotisations employeurs représentent 4 % du salaire brut ; les cotisations salariés en représentent 2,4%. Seuls, les salariés ayant cotisé (un certain temps et dans certaines conditions) ont droit à des prestations chômage définies par accord contractuel entre « partenaires sociaux », gérant l’UNEDIC. Le principe des assurances sociales est que le lien entre les cotisations et les droits n’est pas strict, n’est pas défini par des règles actuarielles, mais est social, comportant une forte composante de solidarité entre les salariés. Ainsi, les cotisations ne dépendent pas du risque individuel de chômage ; ainsi, le taux de remplacement des cadres est plus faible que celui des salariés au SMIC. Les prestations chômage constituent du salaire socialisé et différé. La même problématique s’applique aux 0,75 point de cotisations maladie qui financent les indemnités maladie et maternité de remplacement

Comme l’assurance chômage couvre des pertes d’emploi involontaires, elle ne couvre pas en principe les salariés démissionnaires. Toutefois, l’assurance s’applique pour des démissions jugées légitimes (comme suivi du conjoint ou harcèlement au travail) et le salarié démissionnaire peut demander un réexamen de ses droits après 4 mois.  Par ailleurs, la rupture conventionnelle entraîne déjà l’ouverture des droits aux prestations chômage. Emmanuel Macron propose d’ouvrir plus largement le droit à l’ARE aux salariés démissionnaires ce qui ne pose pas problème, sauf que ce droit ne serait donné qu’une fois tous les 5 ans, au lieu de dépendre du motif de la démission.

Continue reading →