Assemblée nationale : le chômage tue

La voix des chômeurs et précaires est rarement portée à l’Assemblée nationale. Pourtant le chômage est une question politique – en ce sens qu’elle engage la responsabilité des gouvernements – et elle mériterait plus de débats et d’engagement de la part de nos représentants.

Mathilde Panot, députée de la France insoumise, a déjà plusieurs fois abordé la question et pas seulement sous l’angle des chiffres du chômage mais des questions qui concernent la vie quotidienne des chômeurs. Par exemple celles de la santé.

Dans une question écrite elle vient d’aborder notamment une question occultée depuis des années et que les associations de chômeurs portent avec quelques rares personnalités comme le docteur Michel Debout.

Alors que l’étude de l’INSERM sur la santé des chômeurs date de 2015, rien n’a été fait depuis par les gouvernements successifs pour prendre en compte une situation dramatique parfaitement connue : le chômage tue chaque année des milliers de personnes.

Merci à Mathilde Panot pour avoir dit la vérité clairement à l’Assemblée :

Le traumatisme psychologique lié à la perte d’emploi est l’un des facteurs majeurs de dépression et de suicide.
Le risque de suicide pour les personnes au chômage est deux fois plus élevé que pour le reste de la population.

Face à cette vérité la réponse de la ministre n’est que du bla-bla.

**

Un commentaire

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *