Des vidéos pour penser le chômage

L’année 2017 a été marquée par une série de vidéos réalisées dans le cadre du livre collectif Chômage, Précarité : Halte aux idées reçues. Nous en sommes aujourd’hui à la saison 2, la première ayant montrée son efficacité et tout l’intérêt de ce type de travail.

Episode 3 : Les jeunes d’aujourd’hui ne veulent plus…

Réalisées par Antoine Yon et Bruno Mathé, les épisodes qui se succèdent traitent chacun un thème à partir d’une « idée reçue ». Ainsi, dans les séquences ci-dessus, : « Les jeunes d’aujourd’hui ne veulent plus travailler ».

Rien n’est plus répandu que les idées reçues, surtout sur la question du chômage. Encore faut-il remarquer que le terme « idée reçue » est lui-même un bel euphémisme pour désigner avant tout une « idée transmise » à coup de propagande et pas par n’importe qui.

Si votre voisine, si votre directeur d’école, si le manager de votre entreprise, si « l’expert » médiatique disent des horreurs à propos des chômeuses, chômeurs et précaires, c’est que les idées en question font l’objet d’une véritable entreprise de mystification menée par les médias, certaines institutions et corps intermédiaires. Une contre-vérité devient une sorte de vérité quand elle a été répétée et entendue dix fois, vingt fois, des milliers de fois par des personnes qui souvent croient sincèrement ce qu’ils disent.

Dans ce cas, on parle effectivement d’idée reçue parce qu’elle est répétée sans examen, comme une évidence qui ne mérite pas d’être soumise au doute. Et pourtant, un grand nombre de nos affirmations devraient être confrontées à une analyse rigoureuse car elles ont des conséquences parfois graves pour nos actions, nos choix.

Déconstruire les idées reçues

Prenons un instant comme exemple les élections… N’avez-vous jamais entendu dire : « ce candidat est jeune, donc il va renouveler la politique avec des idées nouvelles ». Si l’on s’en tient à ce genre d’appréciation, la désillusion sera souvent cruelle. A vrai dire on a des exemples sous les yeux et ils sont le résultat de la propension à croire les idées reçues.

Bien entendu, les fausses évidences ne se répandent pas toutes seules. Elles sont propagées par celles et ceux qui ont un intérêt quelconque à les diffuser grâce aux réseaux de pouvoir qu’ils dominent : la presse, les institutions. Le chômage est un des champs privilégiés des fausses infos, des analyses biaisées, des contre-vérités fabriquées comme des évidences.

Pour en revenir à notre exemple et à y réfléchir un peu, les jeunes – plus touchées par le chômage que d’autres catégories de la population – ne sont ni plus ni moins paresseux que d’autres. Mais le discours ambiant nous dit tout autre chose : « ils pourraient se bouger un peu » ; « ils préfèrent jouer sur leurs tablettes »…

Déconstruire les idées reçues n’est pas seulement un devoir de vérité mais surtout un moyen de ne pas accepter une situation sociale aujourd’hui inacceptable au regard de la richesse du pays. Pour sortir du chômage, encore faut-il avoir une vision claire des responsabilités, des causes.

Il y a fort à faire, certes pour atteindre cet objectif. Les vidéos d’Antoine Yon et Bruno Mathé proposent de faire un premier pas pour penser la réalité avant d’entreprendre de la changer. Bravo aux réalisateurs de cette entreprise qui n’en est pas encore à son terme et qui permet de donner de nouveaux outils pour gagner la bataille des idées sur la question du chômage.

Robert Crémieux

**

Voir notamment l’article : La conférence de presse…http://revue-partage.eu/halte-aux-idees-recues-la-conference-de-presse

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *