Les défricheurs, voyage dans la France qui innove vraiment

Les défricheursC’est à un étonnant voyage que nous invite Éric Dupin dans son dernier ouvrage. Pour ses livres précédents, le journaliste avait déjà beaucoup parcouru la France pour décrire l’état de la société et il avait été surpris de constater qu’un nombre important de gens vivaient en rupture avec les valeurs dominantes. C’est donc à la découverte de ces « défricheurs » d’un monde nouveau que le reporter a décidé d’aller en promenant son carnet de notes de la Bretagne à la Provence en passant par Rhône-Alpes ou l’Aquitaine. Au total ce sont cent cinquante personnes qu’il a rencontrées au cours de dix-huit mois d’enquête.

Il nous raconte donc la vie des « charpentiers indépendantistes » de Dordogne en butte aux préjugés locaux ou celle des « alter entrepreneurs des Alpes » en quête de chantiers, mais aussi « des convertis au bio et aux chèvres récalcitrantes » ou encore des habitants de yourtes à la recherche de terrain. Son livre balaie un large éventail d’acteurs du mouvement social qui vont, pour reprendre l’une de ses définitions, « des marginaux soucieux d’agir positivement aux bobos qui s’efforcent, autant que faire se peut, de mettre leurs actes en cohérence avec leurs idées ». De ces multiples expériences émane un certain optimisme. La grande majorité des « défricheurs » rencontrés sont toujours en train de lutter pour faire aboutir des projets qui leur tiennent à coeur, qu’il s’agisse d’une coopérative agricole ou d’une école alternative. Ils doivent surmonter mille difficultés liées à leur environnement, à des contraintes locales ou étatiques, ou plus simplement à l’hostilité de leurs voisins. Ces « innovants », qui ont fait le choix de refuser le bien-être de la société contemporaine et le plaisir de l’argent, s’efforcent de demeurer toujours enthousiastes même dans l’adversité. Ils vivent en cohérence avec leurs idéaux, ce qui leur permet de surmonter bien des déceptions.

Mais ce monde des « défricheurs » reste très « atypique par rapport à l’ensemble de la société française ». C’est le constat que dresse Éric Dupin à la fin de son livre. Ses interlocuteurs sont plutôt issus des classes moyennes, pas forcément argentés, mais dotés d’un haut niveau culturel. L’auteur estime que ces caractéristiques propres les empêchent d’essaimer dans l’ensemble de la société. « La théorie du changement par les îlots, écrit‑il, risque ainsi de n’aboutir qu’au grossissement d’une minorité éclairée qui adopterait une vie saine mais demeurerait incapable de toucher le plus grand nombre ».

Serge Bolloch

____________________________________________

Eric Dupin, Les défricheurs, voyage dans la France qui innove vraiment
La Découverte, 2014, 280 p., 19,50 €

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *