Plus noir dans la nuit, la grande grève des mineurs de 1948 – Dominique Simonnot

plus_noir_dans_la_nuitPlus noir dans la nuit, c’est le titre d’un ouvrage de Dominique Simonnot, journaliste, sur la grande grève des mineurs de 1948.

Il est vrai que les grèves comme tous les mouvements sociaux sont d’autant plus grands qu’ils sont lointains. Mais au sortir de cette épopée, la grandeur est évidente et le silence qui l’entoure aujourd’hui n’en est que plus révoltant.

C’est d’abord un livre d’histoire que l’on découvre. Solidement charpenté, étayé de documents et de témoignages de première main, et assis sur une narration parfaitement efficace, Dominique Simonnot nous relate avec conviction une page d’histoire sociale saisissante et pourtant oubliée en dehors des cercles militants. On y lit la vie des mineurs, les combats des mineurs, ce monde où la lutte des classes n’est pas qu’un axiome marxiste mais le vécu quotidien d’une discrimination entre riches et pauvres qui va jusqu’à la qualité du charbon fourni aux salariés des houillères !

C’est ensuite le livre d’un combat. Celui, dantesque, des mineurs grévistes de 1948 contre des décrets qu’on appellerait volontiers « scélérats » visant à réduire les mineurs dans la précarité et à les remettre totalement à la main des houillères. Contre ce retour dans Germinal, les mineurs, et leur famille, se sont dressés et ont lutté, nombreux, mais seuls contre tous. Victimes de la rapacité des houillères, des querelles et des calculs entre les syndicats, d’un gouvernement d’ordre et pourtant socialiste qui n’agit que dans l’obsession d’une subversion stalinienne.

C’est enfin le livre d’une vie, et même de plusieurs. De ces mineurs, qui, licenciés, ont été exclus de leur vie par celle qui la possédaient, la compagnie des Mines. Nous suivons leur combat pour survivre, pour se reconstruire, pour permettre à leur enfant de bâtir leur propre vie. Nous sommes embarqués par le force de leur témoignage, par leur engagement collectif, par leur ténacité infinie pour faire reconnaître et, osera-t-on le dire, réparer une injustice collective. Leur lutte est simple et immense : faire reconnaître la violence injuste d’un État qui par intérêt autant que par peur à envoyer l’armée massacrer des salariés en lutte pour leurs droits, faire reconnaître par les tribunaux des licenciements abusifs et les traitements honteux dont ils ont été les victimes, et faire admettre par l’État qu’il a failli dans son rôle et ses missions.

Y sont-ils parvenus ? La réponse est compliquée. Oui, ils ont obtenu quelques réparations, signes qu’il y avait bien quelque chose à réparer ; oui, ils ont obtenu du bout des lèvres une reconnaissance d’une certaine responsabilité, morale, du pouvoir, pour le traitement indigne dont ils ont été les victimes. Mais, d’un autre côté, leur vie brisée ne sera jamais recollée ; ce qu’on leur doit ne leur sera jamais donné et ce qu’on leur a fait ne sera jamais reconnu. Comment trancher ? En tout état de cause, ce livre dense et clair leur rend justice et hommage, transmettant l’admiration, l’affection et le respect qui leur est dû. Savoir et se souvenir, c’est peu mais c’est déjà beaucoup.

Pierre-Édouard Magnan

__________________________________

Dominique Simonnot, Plus noir dans la nuit, la grande grève des mineurs de 1948, Paris, Calmann‑Levy, 2014, 272 p., 17,50 €.

Dossier – Revenus : on partage ?

Lors du dernier Forum économique mondial de Davos, les décideurs économiques ont invité l’ONG Oxfam à présenter son rapport sur les inégalités, justement intitulé « En finir avec les inégalités ». Ce rapport pointait des écarts de richesses insupportables, inimaginables, et en perpétuelle croissance.

1% des plus riches de la planète possèdent à eux seuls plus de la moitié des richesses de ladite planète. Et au-delà de l’économie, c’est la démocratie qui est en péril, ces très riches confisquant peu à peu le pouvoir politique, transformant les précaires économiques en mineurs politiques. Et tout cela avec une dérive vers la reproduction générationnelle de ces inégalités. Le retour à l’Ancien Régime en quelque sorte. Insoutenable penserez-vous ? C’est ce que l’on pourrait penser quand on constate que le forum de Davos s’en préoccupe. Prise de conscience des riches ? On se prend à rêver. Changement de cap économique et politique ? On tombe dans le miracle.

Rassurons-nous, il n’en est rien ! Même en prétendant lutter contre les inégalités, les puissants de ce monde agissent encore pour eux-mêmes.

Ce n’est en effet pas par goût du partage, par culpabilité ou par philanthropie que la minorité qui possède de plus en plus s’inquiète de la majorité qui possède de moins en moins. C’est par souci de son intérêt bien compris : que les pauvres soient pauvres, c’est très bien, à condition qu’ils leur restent suffisamment pour consommer un peu de ce que la minorité la plus riche produit, à condition que l’insupportable ne soit pas atteint pour que cette majorité ne viennent pas exiger et reprendre le pouvoir que l’on lui confisque !

Alors oui, le sujet est d’actualité et c’est pourquoi la revue Partage se doit de l’évoquer sous certains de ses aspects : le RSA est-il une magnifique œuvre sociale ? Les chômeurs français sont-ils si bien traités ? Tous ceux qui ne travaillent sont-ils des feignants ? Les droits rechargeables, comment ça marche ? Et n’y a‑t‑il vraiment rien à faire contre cela ? Ces questions, et quelques autres, Partage leur esquissent quelques pistes de réponses.

Retrouvez notre dossier dans le numéro 230 de la revue Partage :

Page 10 : Accord Unedic et « pacte de stabilité », toujours plus d’inégalités !
Page 12 : Les droits rechargeables décryptés par la CFDT
Page 13 : Salaires et compléments de revenus non salariaux : une alliance en quête de légitimité
Page 16 : Une réforme du RSA est-elle encore possible ?
Page 18 : Ce que nous coûte le capital

Édition 2014 de « Fête du travail, faites des emplois »

De nombreuses organisations se sont retrouvées les 28 et 29 avril derniers pour la deuxième édition de la « Fête du travail, faites des emplois ». Retour sur l’évènement.

fetedutravailCette initiative du Pacte civique1, qui doit s’inscrire dans la durée et s’étendre dans les régions, vise à élargir la symbolique du 1er mai à ceux qui sont momentanément ou durablement éloignés du monde du travail. C’est aussi l’occasion de mettre en commun les propositions de la société civile. Car l’expertise des organisations qui accompagnent les chômeurs, et l’expérience des chômeurs eux-mêmes, sont des gisements d’informations et d’innovations dont les pouvoirs publics et les partenaires sociaux peuvent et doivent s’inspirer. À cet effet, plusieurs évènements ont donc été organisés cette année.

Le 28 avril, une conférence à l’Assemblée nationale sur le thème « Changeons notre rapport à l’emploi » a permis tout d’abord de s’interroger sur la performance française en matière d’emploi, en se demandant si « les autres font mieux que nous », à partir de deux exposés d’experts, John Martin et Odile Quintin. La réponse est malheureusement positive : parmi les 28 pays membres de l’Union européenne, la France n’arrivait en février 2014 qu’au 17e rang au niveau du taux de chômage harmonisé. Cela dit, il y a débat entre nous sur les moyens de faire mieux : faut-il, notamment, imiter des formes de flexibilité utilisées ailleurs ? Ensuite, les propositions élaborées en commun par cinq organisations adhérentes du Pacte civique (Coorace, Adie, Crepi, MNCP, SNC), ainsi que le collectif Roosevelt et les États Généraux du pouvoir citoyen, ont été présentées aux partenaires sociaux (Medef, CGT, CFDT, CGPME) et aux administrations afin de recueillir leur sentiment2.

Ces propositions, qui mériteront d’être soutenues et approfondies dans les mois qui viennent, en particulier lors de la conférence sociale des 7 et 8 juillet 2014, qui devrait être ouverte aux acteurs de l’insertion, sont les suivantes :

Faire de l’initiative, de l’innovation et de l’expérimentation économique et sociale à la fois un droit et un devoir

À cet effet : faciliter et simplifier les conditions d’accès à certaines activités, créer un statut de stagiaire rémunéré de la formation permanente pour les jeunes ayant un projet de création d’activité, mettre en place un capital-initiative pour soutenir financièrement la création d’entreprise, financer l’indispensable accompagnement des créateurs grâce aux fonds d’assurance-formation, rendre possible l’adhésion à l’assurance chômage pour les entrepreneurs.

Pour réduire la dualité du marché du travail, franchir une nouvelle étape dans la responsabilité sociale des entreprises, des syndicats et des administrations vis‑à-vis des actifs non employés

Dans ce but : faire de l’inclusion sociale l’un des objets de la « négociation annuelle obligatoire » dans les entreprises, généraliser dans les marchés publics et privés les clauses d’exécution par des personnes éloignées du marché de l’emploi, lier les allégements de contributions sociales proposés à des accords en bonne et due forme dans les entreprises et les branches entre partenaires sociaux afin d’enrichir le dialogue social dans un sens favorable à l’emploi.

Ré-ouvrir sous de nouvelles formes le débat sur le temps de travail et les temps de vie

Pour cela, inscrire à l’ordre du jour de la prochaine conférence sociale la question de la lutte contre toutes les formes de temps subi et rechercher de nouvelles approches de partage du travail et des revenus.

Élargir le périmètre de l’assurance chômage pour l’universaliser

Afin de réduire la place devenue excessive des minimas sociaux, donner à l’assurance chômage les moyens d’accompagner correctement les demandeurs d’emploi et pour cela aligner sur le droit commun (2,4%) la contribution actuelle (1%) au régime d’assurance chômage des agents des trois fonctions publiques ; dans un second temps, réfléchir à une assiette qui ne repose pas seulement sur le travail.

Associer les demandeurs d’emploi et les associations qui les représentent à la définition, à l’évaluation et l’adaptation des politiques qui les concernent et les aider à s’organiser à cet effet

Il s’agit d’identifier les freins à cette participation, de mieux associer les usagers au fonctionnement des organismes qui les concernent, en s’inspirant de la formule des comités de liaison de Pôle emploi, et d’organiser la représentation des associations de chômeurs au CESE et dans les CESER notamment.

Le lendemain, 29 avril, a été organisée une soirée plus festive pour prolonger les débats et entrer dans une vision plus prospective du monde du travail, autour des trois idées forces de l’opération Fête du travail, faites des emplois : « Changer de regard, changer de méthode, changer d’échelle »3. Après avoir épluchés ensemble des légumes dans le cadre d’une « disco-soupe », les participants ont entendu débattre de ces trois thèmes par des trios d’associations où se retrouvaient des acteurs établis de l’insertion et des jeunes de la créative génération numérique, pour ensuite échanger librement entre eux en consommant la fameuse soupe et nouer ainsi des relations intergénérationnelles prometteuses, relations qu’il faudra prolonger et concrétiser.

Caroline Bonne, Jean-Baptiste de Foucauld

_________________________________________________________________________________________________________

1. www.pacte-civique.org
2. Ces propositions ainsi que les deux exposés introductifs sont sur le site www.fetedutravail.fr
3. Voir le développement consacré à ces trois changements sur le site www.fetedutravail.fr.

Le MNCP en Assemblée générale

Du 9 au 12 avril derniers s’est déroulée à Saint-Gaudens l’assemblée générale du Mouvement national des chômeurs et précaires. Placée sous le signe de la convivialité et sous le regard des Pyrénées, elle a été aussi l’occasion de débats beaucoup moins bucoliques, la situation économique et sociale de notre pays ne cessant de s’aggraver jour après jour.

MNCPJacques-Henri Vandaele, président du MNCP, a introduit les débats en mettant au centre de nos réflexions et de nos futures actions la lutte contre les inégalités, qui devrait sous-tendre tout projet politique mais qui fait aujourd’hui figure de parent pauvre face aux sempiternels appels à la croissance et incitations à l’emploi…

L’enjeu de la pérennisation financière du mouvement, c’est-à-dire de sa tête de réseau et de ses associations, a été largement soulevé. Le désengagement de l’État et des collectivités met en péril tous les collectifs de chômeurs, leurs actions sur le terrain et leur expression collective, toutes actions pourtant indispensables à la vie de centaines de milliers de précaires et même à la vie démocratique de notre pays. Une mobilisation est demandée et des actions fortes et ouvertes à d’autres collectifs sont envisagées, notamment suite à un débat avec le Collectif des associations citoyennes1.

Après être revenue sur l’activité de l’année, l’AG s’est répartie en groupes de travail thématiques : « négociations Unedic et revenu des précaires », « défense des droits individuels et collectifs » (recensement des pratiques et attentes), « le MNCP et l’économie sociale et solidaire » (échange d’expériences et perspectives de développement), « la dimension européenne » (bilan des marches européennes et préparation des élections 2014), « mobilisations à venir » (slogans et formes d’actions) et « Pôle emploi et les CDL, quelles perspectives ? » L’AG a aussi été l’occasion de renouveler certains membres du CA. 8 sièges étaient vacants, 8 candidats se sont présentés et tous ont été élus : Wilson Arhiman, Christian Bardina, André Barnoin, Jean-Luc Collet, Bernard Gouedic, Zalie Mansoibou, Jean-Paul Spilhman et André Wlodarczyk.

C’est par le vote d’un rapport d’orientation ambitieux et offensif que l’AG s’est terminée, document voté par les délégués qui prévoit, au travers de ses analyses et de ses décisions, quelques grands axes de travail : financement, formation, lutte contre les inégalités, actions revendicatives et expression des chômeurs partout et sur tous les sujets qui les concernent.

À l’issue de ces débats et de ces rencontres fructueuses, le président clôt l’AG par les remerciements d’usage aux participants pour leur engagement tout au long de ces trois jours, ainsi qu’à l’association Chômeurs Associés de Saint-Gaudens qui a si magnifiquement accueilli le Mouvement.

Pierre-Édouard Magnan

_________________________________________________________________________________________________

1. http://www.associations-citoyennes.net/

Revue d’actus : 1 septembre 2014

Le RSA va augmenter le 1er Septembre

Le RSA «socle», pour les bénéficiaires exclus de tout emploi, progressera le 1er septembre de 2% pour s’élever à 509,30 euros. Cette hausse impactera également le RSA «activité», qui sert de complément à un petit salaire. Le Revenu de Solidarité Active (RSA) «socle» (revenu minimum pour les personnes sans ressources) va augmenter de 2% au

Sud Radio : faut-il supprimer les allocations sociales pour les fraudeurs récidivistes?

Pierre-Edouard Magnan, Délégué Fédéral du Mouvement National des Chômeurs et précaires était l’invité de l’émission « Le Grand Référendum », animée par Dimitri PAVLENKO de Sud Radio. Il est en face à face avec Geoffroy Didier, Conseiller Général UMP d’Ile-de-France, co-fondateur de la Droite Forte. Un débat nécessaire alors que la tendance est à la culpabilisation et

Sud radio : la politique économique menée n’est pas la bonne

Interview de Pierre-Edouard Magnan, Délégué Fédéral du MNCP sur Sud Radio. « Depuis 2005, le Ministre du Travail n’a jamais reçu les chômeurs. Or les symboles ont leur importance, les chômeurs ont des choses à lui dire. » »Aujourd’hui, force est de constater que nous travaillons de moins en moins et que nous produisons de plus en plus.

Le MNCP 71 en lutte contre Center Parcs

Certains diront « quoi des chômeurs sont contre des créations d’emplois !! » bien évidement ce n’est pas le cas, mais nous voulons de vrais emplois stables et dont la rémunération permet de vivre dignement. Nous ne voulons pas d’emplois précaires sous payés, financés en prenant dans la poche du contribuable, sans avoir en contrepartie des exigences

Paroles de Chômeurs sur France Inter

Notre Délégué Fédéral, Pierre-Edouard Magnan, était l’invité de France Inter, sur l’émission A’live où la parole est donnée aux chômeurs qui se cachent derrière les chiffres. Retrouvez-les à 20 min d’émission. Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (sans aucune activité) a progressé sur le mois de 0,8% (+26.100) pour s’établir à 3.424.400, un

Le chômage a fortement augmenté en Juillet

L’analyse de Jean-Baptiste Chastand sur les derniers chiffres du chômage. Les chiffres du chômage de juillet, publiés mercredi 27 août par Pôle emploi et le ministère du travail, sont franchement mauvais. En un mois, le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) a bondi de 27 400 personnes sur la France entière (DOM

La fin du « modèle allemand? »

Le modèle allemand, maintes fois invoqué pour faire culpabiliser les français et rogner de plus en plus sur leurs droits – notamment à l’assurance chômage – n’échappera pas à la crise. En cause, notamment, le choix fait par Merkel et consorts du mal-emploi et de la précarité pour lutter contre le chômage… Bientôt l’explosion du

Communiqué de presse : chiffres du chômage : pas de remaniement de la courbe en perspective!

Chiffres du chômage : pas de remaniement de la courbe en perspective ! Communiqué de presse MNCP du 27 Août 2014 Le premier Ministre a déclaré que « la rentrée allait être difficile en matière de conjoncture économique. » Pour les chômeurs et précaires, ce n’est pas une surprise : leurs conditions de vie se dégradent de mois en mois.

Même au chômage, les hommes ne lavent pas le linge

Grâce à un surcroît de temps libre, un homme sans emploi s’occupe un peu plus de ses enfants. Mais il ne nettoie pas plus souvent les vitres. Quant à tourner le bouton de la machine à laver le linge, cela reste hors de son champ de compétences. La doctorante Myriam Chatot a mené une étude

Connaissez-vous les EPP?

Ces fausses entreprises où les chômeurs travaillent pour de vrai Les Entreprises d’Entraînements Pédagogiques proposent une formation un peu particulière pour les demandeurs d’emploi: un stage dans une entreprise fictive où chacun joue le rôle de la fonction visée pour l’apprendre par la pratique. Alors que Pôle Emploi a dévoilé dans une étude qu’un chômeur

Revue d’actus : 25 août 2014

Témoignage : trop-perçu à Pôle Emploi

Le MNCP a mis en place un espace témoignage. Échangeons nos expériences et nos compétences pour mieux défendre nos droits! Lundi 24 février 2014, Abdel est colère. Il revient de Pôle Emploi et n’a rien compris de son entrevue, ou peut être trop bien compris ? Il veut que je retourne avec lui dès l’après

Témoignage : indemnités et retraites

Le MNCP a mis en place un espace témoignage. Échangeons nos expériences et nos compétences pour mieux défendre nos droits! Impossible de faire valoir ses droits lorsqu’il manque une pièce qui ne dépend pas de nous ! Je suis inscrit depuis le 1er octobre 2013 et 2 mois plus tard Pôle Emploi me demande de fournir

Fusion PPE-RSA activité : l’interview de Christophe Sirugue

La fusion PPE-RSA activité a été annoncée. Interview de Christophe Sirugue, auteur du rapport à l’origine de cette réforme qui s’annonce périlleuse. Le MNCP rappelle ses positions sur ce dispositif ici. Article publié dans 20 minutes, le 20/08/2014 INTERVIEW – Rencontre avec le député PS Christophe Sirugue, qui a proposé la fusion de la prime pour

La fusion du RSA et de la PPE pour bientôt?

Ce mercredi 20 Août, François Hollande annonçait : la fusion de la prime pour l’emploi (PPE) avec le revenu de solidarité active (RSA). Retour sur les positions du MNCP, et sur le Rapport Sirugue (Juillet 2013) sur la fusion de ces dispositifs qui risque de ne pas être mise en œuvre avec toutes les mesures

Pôle Emploi et Crèches pour tous : un accord peu opératoire

L’article de Michel Abhervé revient sur une mesure mise en place par Pôle Emploi qui ne tient pas ses promesses… Au début du mois de mars, Pôle emploi communiquait autour de l’accord qu’il avait signé avec une sociéte privée gestionnaire de crèches, People Baby et son réseau de crèches partenaires Crèches pour tous, pour assurer

Recours contre radiation pour absence à convocation

Un article très utile publié sur le site Juritravail qui vous donnera les clés pour contester une radiation pour « absence à convocation ». Dans 90% des cas, les chômeurs sont rétablis dans leurs droits après l’envoi de leur recommandé! N’hésitez pas à défendre vos droits! Pour toutes questions sur les radiations, visitez le très bon site

Débat : Précarité énergétique

Les débats de Partage

Nouveauté pour le numéro 231 de la revue Partage, nous organiserons à présent un débat chaque semestre sur un sujet lié au chômage, à l’emploi ou à l’économie solidaire. Le premier débat aura lieu le 15 septembre au CICP dans le 11ème arrondissement de Paris; et aura pour sujet :

Précarité énergétique : Comment transformer les inégalités en conquête sociale ?

Plus de 4 millions de logements en forme de « passoires thermiques », des véhicules toujours trop gourmands en consommation d’essence, une augmentation constante du prix de l’énergie, c’est l’accumulation de toutes ces inégalités qui engendre la précarité énergétique, provoquant à l’échelle de l’Europe de graves problèmes sanitaires et sociaux. Une véritable « bombe sociale à retardement » à laquelle le gouvernement a tenté de répondre en présentant sa nouvelle loi sur la transition énergétique, le 18 juin dernier. Toute une batterie de mesures de redistribution – « chèque énergie » – et de prévention – « bouclier énergétique » – qui visent à réduire le nombre de « précaires énergétiques » et à augmenter celui des logements moins gourmands en énergie. Mais cela sera-t-il suffisant pour transformer ces inégalités énergétiques en conquête sociale ?

Pour ce débat accompagnant la sortie de son n° 231, la revue Partage donne la parole à :
Bertrand LAPOSTOLET, chargé de mission « précarité énergétique » à la Fondation Abbé-Pierre
Claire BALLY, responsable projets « précarité énergétique » au sein du CLER (Réseau pour la transition énergétique)

Présentation de la soirée par Hubert Constancias, directeur de la publication. Modération du débat par Pierre-Yves Bulteau, rédacteur en chef de la revue.

RENDEZ-VOUS AU CICP (Centre International Culture Populaire), le LUNDI 15 SEPTEMBRE à 19 HEURES

CICP : 21 ter rue Voltaire, Paris 11e
Station de métro la plus proche (L 9) : Rue des Boulets – Rue de Montreuil

Entrée libre et gratuite
Réservation conseillée : contact@revue-partage.fr

N’hésitez pas à diffuser l’information autour de vous grâce à notre tract.

Revue d’actus : 23 juin 2014

Le point sur la mobilisation des intermittents

La CGT appelle à une « grève massive » lundi 23 juin, en dépit des annonces faites jeudi par Manuel Valls. Le premier ministre a en effet déclaré que l’accord du 22 mars sur l’assurance-chômage sur lequel se focalise le mécontentement des intermittents serait agréé, mais avec quelques modifications : l’extension du différé imposant un 

Coordination des Marches Européennes à Charleroi

Les 14 et 15 Juin, Laurent, de l’association Pas-à-Pas, et Manu, de l’association Adise 68, représentaient le MNCP à la Coordination des Marches Européennes les 14 et 15 juin, à Charleroi (Belgique). La journée s’est placée sous le signe d’une structuration des actions des Marches européennes.Des délégations de Hollande, d’Allemagne, de Belgique, et de France 

L’AG de la MAS : se développer pour pérenniser l’emploi

La MAS organisait son AG annuelle ce samedi 14 Juin. Retour sur cette belle journée par le Journal de la Haute-Marne MAS : se développer pour pérenniser l’emploi L’année 2013 a été difficile pour la Maison pour un Accueil Solidaire (MAS). Mais malgré un déficit budgétaire, l’association ne baisse pas les bras et entend bien 

Intermittents et précaires : Manuel Valls donne des gages au Medef

Face à l’obstination de Manuel Valls, et à l’échec de la mission d’information, une AG est convoquée par les intermittents, aujourd’hui Vendredi 20 Juin à 14h00, à la grande Halle de la Villette, métro Porte de Pantin. Le point sur les dernières déclarations du gouvernement  : Politis, le 19/06/2014 Ce soir, le premier ministre a 

Communiqué de Presse : « Le dialogue social ne se décrète pas il se construit »

Le dialogue social ne se décrète pas, il se construit ! Mouvement National des Chômeurs et Précaires Communiqué de presse Jeudi 19 Juin 2014 Partout en France, intermittents, chômeurs, précaires, agents de Pôle Emploi, salariés défendant leurs droits, tous se mobilisent contre la politique d’austérité du gouvernement. Partout, inquiétudes et revendications s’expriment et font craquer 

« Avis favorable » à l’agrément du Conseil National de l’Emploi

Le Conseil national de l’emploi (CNE) a émis mercredi un « avis favorable » à l’agrément de la nouvelle convention d’assurance chômage contestée par les intermittents, a-t-on appris auprès de la délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP). Comme attendu, la CFE-CGC et la CGT, les deux syndicats non signataires de la convention, ont 

La grève continue au Pôle Emploi Laumière!

  Le MNCP était ce matin avec les conseillers du Pôle Emploi Laumière qui continuent leur grève. Ils sont aujourd’hui la moitié des conseillers de l’agence à avoir cessé le travail, pour demander le renfort des effectifs, afin que les demandeurs d’emplois soient accueillis et accompagnés dans de bonnes conditions. Le MNCP est solidaire de