Un « périple humain » au coeur de l’Auvergne

Jean-Marc Pineau
Jean-Marc Pineau

Après avoir été à pied jusqu’à Tombouctou, Jean-Marc Pineau a décidé de sillonner… l’Auvergne. Un « périple humain » de 1000 km en 51 jours, débuté le 20 mars dernier, où chaque soir, après la marche, une veillée était organisée autour de lectures d’écrivains- voyageurs ou de contes. Des veillées participatives riches de chansons, de musiques et parfois de moments de théâtre, de clowns et de poésie. Retour.

Le 20 mars 2014, jour du printemps, je me suis élancé pour un périple pédestre en reliant de mairie en mairie les 162 communes du Parc naturel du Livradois-Forez, un parcours de 1000 kilomètres en 51 journées. Ce fut une belle aventure collective. En effet, près de deux mille personnes ont participé à cette « marche de la fraternité », une marche pour créer du lien, une marche pour faire connaître son territoire, une marche pour éclairer les initiatives des citoyens.

Ces initiatives multiples et variées, du domaine agricole au versant culturel ou touristique, mettent en avant la solidarité et ne laissent pas l’argent prendre toute la place dans les relations humaines.

À La Monnerie, l’association Cuisibus m’a reçu à midi pour un pique-nique/ lecture. Cette association a transformé un bus en cuisine et s’appuie sur des producteurs locaux pour proposer une nourriture de qualité. C’est un groupe vivant et joyeux qui, de festivals en événements, se laisse porter par la bonne humeur.

À Thiers, j’ai été accueilli à « l’extra-marché », un lieu convivial qui organise chaque mois une soirée culturelle avec, en seconde partie, une scène ouverte où chacun est invité à s’exprimer. A cet endroit on trouve une bibliothèque en libre- service, des ateliers d’écriture ou de fabrication de lessive et même une voiture en auto-partage.

Jean-Marc PineauÀ Vertolaye, la veillée a eu lieu gare de l’Utopie, tout un symbole. Cette dernière s’est insérée dans une saison culturelle appelée les « Utopiades » : des conférences, des débats, des films pour voir le monde sous un angle différent, faire découvrir des initiatives, des alternatives à contre-courant du monde de la consommation.

À Berbezit, Sylvain propose des circuits avec des ânes dans le respect de l’environnement. A la Chaise-Dieu, Fabienne m’a reçu dans sa librairie-tisanerie. A Saint-Jean-en-Val, une association de patrimoine a organisé la veillée dans un local de terre battue où le repas a cuit dans le four à bois.

À Chassagnes, j’ai lu, entouré de cuves dans la salle de Jeremy, un brasseur artisanal, et à Billom la soirée s’est déroulée à l’Orange Bleue une boutique de commerce équitable et bio.

Fort de ce « périple humain », j’ai voulu créer un temps fort sur notre Parc, en associant un maximum de personnes, montrer que l’aventure et les rencontres, moi qui suis déjà allé à pied jusqu’à Tombouctou, sont aussi ici. Ce territoire a terriblement souffert depuis deux siècles, certaines communes divisant leur population par quatre, par huit et même parfois par dix. Pour survivre, la solidarité est indispensable. La bonne nouvelle, c’est qu’aujourd’hui il y a de la place pour accueillir de nouvelles populations. Le 8 novembre, 40 personnes se sont réunies à la maison du Parc pour évoquer notre marche, fédérer les alternatives et débattre des perspectives. Cet élan va continuer, de nombreuses idées ont été émises et une collégiale de huit personnes s’est constituée pour poursuivre sur ce chemin d’entraide et de partage.

Jean-Marc Pineau

_______________________________________________________________________

Pour en savoir plus, un blog avec de nombreuses photos:
http://voyage.parc-livradois-forez.org

_______________________________________________________________________

Infirmier en psychiatrie et administrateur de l’ONG Santé Sud, Jean-Marc Pineau est aussi un écologiste et un altermondialiste de longue date. Avant de parcourir le Parc naturel du Livradois‑Forez, son précédent voyage à Tombouctou l’a fait entrer dans le cénacle des grands explorateurs. En 2005, il a obtenu le grand prix des explorations et des voyages de découverte. Attribué par la Société de géographie depuis 1828, ce prix a déjà récompensé le Commandant Charcot, Théodore Monod ou Jean‑Louis Etienne.

Jean-Marc Pineau

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *