Revue d’actus : 10 mars 2014

Alors que le patronat uni se croit capable d’obtenir l’amputation de nos droits comme le confirme son projet d’accord, les mobilisations de ce jeudi 27 février prouvent au contraire que la partie n’est pas jouée.
Notre collectif appelle les personnes précaires (cdd, contractuel-les, intérimaires, à temps-partiels…), chômeurs indemnisés ou non, intermittent-es, futurs chômeurs et autres salarié-es solidaires, du public comme du privé, à se mobiliser à chaque séance de négociation.
D’ici la prochaine séance annoncée comme finale le jeudi 13 mars nous appelons à multiplier les initiatives pour faire de cette journée un temps fort pour l’indemnisation décente de toute les formes de chômage et de précarité.
Un emploi c’est un droit ! Un revenu c’est un dû !
_______________
Le Collectif Assurance chômage UNEDIC 2014-2017 Ni régression, ni statu quo, mais des droits nouveaux ! est composé des organisations de chômeur-euses, précaires et intermittent-es : AC !, APEIS, MNCP, CIP-IdF, Recours Radiations et des syndicats Solidaires Sud Emploi, Sud Culture Solidaires, FSU/SNU Pôle Emploi.

 

Depuis janvier, les partenaires sociaux négocient des nouvelles règles d’indemnisation du chômage. Le projet présenté par le MEDEF lors de la dernière réunion de négociations est absolument inadmissible : il s’attaque aux intermittents, aux intérimaires et aux chômeurs, notamment en activités réduites, en proposant de réduire leurs droits, en cette période de crise profonde et structurelle et alors que le dispositif assurance chômage indemnise peu et mal !
Notre collectif composé d’organisations de chômeurs (AC !, APEIS, MNCP, CIP-IdF, Recours Radiations) et de syndicats (Solidaires Sud Emploi, Sud Culture Solidaires, FSU/SNU Pôle Emploi) a des propositions concrètes, réalistes et justes pour l’assurance-chômage. Des mobilisations sont prévues pour faire entendre notre voix, notamment le jeudi 13 mars, dernière séance annoncée des négociations.
Des représentants de chaque organisation du collectif seront présents à la conférence de presse.
Mardi 11 mars – 11h – 85 rue Charlot – Bourse du Travail – Annexe Varlin  – Commission 4

 

@ Actualité des associations
Jeudi 13 février, les membres de la Maison des Chômeurs et Citoyens Solidaires se sont rendus à l’agence Pôle-Emploi de Celleneuve. « Nous sommes toujours bien accueillis dans cette agence, à bras ouverts », confie Jacqueline Balsan, l’une des principales figures de cette association, qui distribuaient des tracts. Article de Midi Libre du 13 février 2014.

 

DEPAR (Demandeurs d’Emploi Précaires d’Arnage et de ses environs) a tenu son assemblée générale annuelle le 24 février 2014, en présence de Jacques-Henri Vandaele, président du MNCP.
La ville d’Arnage (6.000 habitants) fait partie de la communauté urbaine du Mans. DEPAR a été créée en 1997 par des chômeurs avec le soutien de la municipalité pour accueillir et accompagner les demandeurs d’emploi dans leur recherche d’emploi en lien avec les services publics de l’emploi. DEPAR est aujourd’hui un des relais de la Maison de l’emploi et de la formation du Mans. Sa conseillère a reçu 1.827 visites en 2013.
DEPAR est une association de chômeurs. Ses statuts précisent que son Conseil d ‘administration, renouvelable en totalité chaque année, doit comporter au moins la moitié de chômeurs. Adhérente du MNCP pour défendre collectivement les droits des chômeurs et précaires, elle a participé activement à « la marche de l’ouest du Mans à Arnage durant l’été 2013.

 

Jeudi 27 février, des militants de CREER-MNCP, avec les organisations Solidaires/Sud Culture, CGT Spectacles et CGT se sont rendus au MEDEF de Montpellier pour faire entendre la voix des chômeurs, des précaires, et des intermittents, qui sont menacés directement par les négociations en cours sur l’assurance-chômage, le MEDEF proposant de supprimer le régime des intermittents, mais aussi celui des intérimaires, et de revenir sur les règles d’indemnisation pour les personnes en activité réduite.
A Paris, des militants des organisations de chômeurs (MNCP, AC, CGT Chômeurs) et syndicats (FSU/SNU Pôle Emploi, Solidaires, Sud Culture) se sont rassemblés devant le MEDEF où se tenaient les négociations. Ils ont été rejoints par la manifestation des intermittents à l’appel de la CGT Spectacle.

 

En ces temps de négociations UNEDIC, les mariages précaires se multiplient ! Vendredi 07 mars 2014, à Clermont-Ferrand, l’association Chom’actif – MNCP a ainsi célébré l’union de Mme Précarité de la France et de Monsieur Chômage de la République, devant une agence Pôle Emploi. La cérémonie des jeunes mariés s’est déroulée sous les yeux des journalistes venus en nombre pour l’événement (France 3 Auvergne  _reportage à 3’30_, France Bleu Auvergne, Radio Averne, la Montagne). Le cortège nuptial s’est ensuite rendu pour un déjeuner en plein-air. La cérémonie a ensuite été répétée, pour le plus grand plaisir des militants et des passants devant la Mairie de Clermont-Ferrand et place de Jaude.

 

@Revue de presse du chômage et de la précarité
En janvier 2014, quelque 1.520 personnes ont été radiées des listes du chômage en Bretagne. Il y a un an, ce chiffre était plus de trois fois inférieur. Selon Pôle Emploi, cette forte augmentation serait la conséquence d’un glissement statistique. Mais l’association Recours Radiation parle, elle, de méthodes qui se sont durcies. Article du Télégramme du 27 février 2014.

 

 Le Centre technique d’appui et de formation des centres d’examens de santé (Cetaf) et Pôle emploi ont signé un accord-cadre national, déclinable localement, afin de faciliter l’accès aux soins pour les demandeurs d’emploi. Article de Courrier Cadres du 05 mars 2014.

 

La manifestation à l’appel des syndicats du spectacle a réuni 7.000 personnes à Paris, le 27 février. Chômeurs et précaires s’étaient joints aux cortèges. Article d’Actuchomage du 02 mars 2014.

 

À quelques jours de l’ultime négociation sur l’assurance chômage, le 13 mars, Samuel Churin, comédien et porte parole de la Coordination des intermittents et précaires, explique en quoi le régime spécifique des intermittents n’est pas un « privilège » concédé aux professionnels de la culture mais un modèle pour tous les travailleurs précaires. Entretien paru le 09 mars 2014 dans le Club de Médiapart.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *