Samedi 13 mai : les inégalités en débats

Le Collectif Roosevelt poursuit son travail politique d’information et de formation sur les grandes questions politiques et sociales qui ne font pas toujours la Une de l’actualité électorale. Ainsi, samedi 13 mai, une après-midi de rencontres débats est organisée à Paris autour de la question : « Face à l’explosion des inégalités : que pouvons-nous faire ? »

Le MNCP sera représenté par Robert Crémieux, animateur de la Revue Partage. La question des inégalités est au cœur des questions du chômage et de la précarité. Il y a bien sûr plusieurs façons de l’aborder. Un travail a déjà été réalisé et se poursuit dans le mouvement sur cette notion de précarité qui est devenu un enjeu pour le mouvement social. Par ailleurs, dans son rapport sur l’état du chômage, publié en avril 2011, le MNCP attirait l’attention sur ce constat : « la « crise » profite aux uns, peu nombreux, et pénalise les autres, le grand nombre. »

Rendez-vous samedi 13 mai, de 14 h à 16 h : Les Grands Voisins – 82 avenue Denfert-Rochereau – 75014 Paris.

On lira ci-dessous :
d’une part le texte d’intention de l’intervention de Robert Crémieux ;
d’autre part, l’extrait du Rapport MNCP 2011 sur la question des inégalités.

**

Inégalités : Temps, travail, argent, changeons les règles !

Inégalités, de quoi parle-t-on ? De l’accumulation de richesses à un pôle, avec un petit nombre de personnes et, à un autre pôle, de la pauvreté d’un nombre grandissant de personnes.

Envisager cette question du point de vue des chômeuses, chômeurs et précaires revient à poser la question : y a-t-il une corrélation entre la pauvreté des uns et la richesse excessive des autres ? Le MNCP apporte une réponse positive à cette question et met en cause les politiques suivies par les gouvernements en France et les institutions européennes.

Dès lors, qu’elles sont les solutions que l’on devrait apporter pour corriger une situation inacceptable du point de vue humain, économique et social ? La réponse est politique, dans la mesure où le chômage n’est pas un accident de parcours mais le résultat de choix de politiques favorisant certains au détriment d’autres. Le MNCP a des propositions à porter au nom des chômeuses, chômeurs et précaires. En résumé : partage du temps de travail et partage des richesses. Un des slogans du MNCP est : Temps, travail, argent, changeons les règles !

**

Rapport 2011 – MNCP

INEGALITES
Salaires des patrons du CAC 40 : 2,46 millions d’euros en moyenne

Le total des salaires des patrons du CAC 40 atteint cette année (2010) plus de 98,3 millions d’euros, soit une moyenne de 2,46 millions d’euros par dirigeant et 24 % de plus qu’en 2009. »

Les Echos, mardi 26 avril 2011

Des hauts revenus extravagants

Les inégalités sociales sont immenses dans notre pays, c’est un constat que confirment les études statistiques. De plus elles s’aggravent. Des études sont régulièrement menées sur les revenus et le patrimoine des plus riches, des enquêtes souvent lancées sur la situation des plus pauvres. L’Insee, l’Observatoire des inégalités et même l’OCDE ont publié des travaux qui démontrent que le fossé grandit. Mais les chômeurs, chômeuses et précaires ne sont pas seulement des objets d’études savantes. Ils vivent au quotidien une situation ressentie comme une injustice institutionnalisée. Ils partagent un sentiment de révolte aussi, que le MNCP a traduit en 2011 en action symbolique de protestation. Le siège de L’Oréal, l’une des plus grosses sociétés du CAC 40, a été occupé pour manifester le refus d’accepter un mécanisme qui conduit inexorablement les uns à s’enrichir, les autres à être privé de travail et de revenu.

Prenons des exemples concrets. L’article du journal économique Les Echos d’avril 2011 dont la citation ci-dessus est extraite dresse le palmarès des revenus des patrons du CAC 40 – les plus grosses sociétés françaises cotées en Bourse – et fait ce constat : les plus gros revenus non seulement ne connaissent pas la crise mais progressent comme jamais.

En tête du palmarès, le gérant de Michelin, M. Michel Rollier, aura vu sa rémunération augmenter de + 505 % en 2010, pour un total de 4,5 millions d’euros. Ne sont pas comptabilisés les revenus de son patrimoine. On peut se douter qu’il a pour le moins un livret A de Caisse d’Epargne. Mais rassurons-nous, il ne s’agit que du premier sur le podium.

La moyenne des revenus des dirigeants du CAC 40 s’établit à 2,46 millions d’euros pour une progression sur l’année 2009 à seulement environ + 24%. Il s’agit le plus souvent d’une rémunération fixe aux environs de 1 million d’euros et de diverses primes et bonus.

278 milliardaires

« L’inégalité vertigineuse des patrimoines s’aggrave » titre le mensuel Alternatives économiques de janvier 2012. Là encore les chiffres les plus récents résultants d’une enquête de l’Insee en 2009-2010 font état d’un fossé qui se creuse de 30 % depuis 2004. Les 10% des ménages les plus riches détiennent chacun environ 0,5 million d’actifs quand les 10% les plus pauvres ne détiennent en moyenne que 2 700 €, soit 205 fois moins.
Le 5 mars 2011, le journal Le Monde titrait : « Les profits du CAC frôlent leur record historique ». En effet, en 2010 les bénéfices des seules entreprises du CAC ont totalisé 82,5 milliards d’euros. GdF-Suez, ( qui a obtenu en janvier 2012 du gouvernement une augmentation de 4,4% du prix du gaz ) a réalisé 4,62 milliards d’euros de bénéfices, en augmentation de 3% sur 2009.

La France est le vrai paradis fiscal des grosses fortunes. Chaque année le magazine Challenges s’est fait une spécialité de classer les 500 fortunes professionnelles de France (donc sans compter ceux qui ne vivent que de leurs rentes…). Les chiffres donnés dans son numéro du 7 juillet 2011 donnent le vertige. 1er du classement, Bernard Arnault pèse 21,2 milliards d’euros.

La France comptait 89 milliardaires en euros en 1996. Elle en comptait 278 en 2011. Onze nouveaux milliardaires entre 2010 et 2011. Et, diagramme à l’appui, Challenges explique dans un encadré titré « La France, une terre riche en riches » que la France est, selon une étude du Crédit Suisse le pays qui a la plus forte concentration de riches au monde.

Une France riche en pauvres

Tout cela se paye au prix fort à la base de la pyramide sociale. Car cette richesse se traduit en chômage, en précarité du travail pour des salariés dont les revenus sont inférieurs au smic et même inférieurs au seuil de pauvreté. Tous les indicateurs sont au rouge : fréquentation des Restos du Coeur, des associations de chômeurs, nombre des titulaires du RSA. Dans son rapport de décembre 2011, le Comité d’évaluation du RSA note une augmentation de 360 000 allocataires en deux ans depuis la transformation du RMI en RSA.

Concernant les revenus des personnes privées d’emploi, on est loin des caricatures qu’en donnent certaines personnalités politiques. Une personne en chômage de longue durée qui a perdu ses droits à l’allocation chômage percevait en 2011 environ 15 € par jour.

Même punition pour les six millions de travailleurs précaires, victimes de la politique de flexibilité voulue par le patronat et encouragé par le gouvernement qui gagnent moins de 750 € par mois. A comparer avec le ce que les statisticiens de l’Insee appellent le seuil de pauvreté, soit un revenu (données 2009 non réactualisées depuis) de 954 € par mois. Le seuil de pauvreté, déjà bien inférieur au smic, mais que désormais nombre de travailleurs n’atteignent pas faute de travailler en CDI à temps plein. (Voir le chapitre Ressources des chômeurs). Le constat est sans appel : la « crise » profite aux uns, peu nombreux, et pénalise les autres, le grand nombre.
________________________________________________________________

DOCUMENT
« Les profits de l’Oréal sont notre chômage »
(Extrait)

L’Oréal, un groupe mondial, des profits en milliards d’euros :
– résultat net en hausse (bénéfice) : 2,4 milliards € en 2010
– les dividendes distribués aux actionnaires le 4 mai prochain en hausse de + 20 %
Ce qui est choquant ce n’est pas la réussite industrielle et commerciale du groupe, c’est la façon dont les bénéfices sont réalisés et répartis.
« Les énormes profits en temps de crise sont impossibles sans l’accumulation à un pôle et le chômage et la pauvreté à l’autre.
En France, mais aussi dans les pays en voie de développement soumis au pillage des grandes multinationales.
Ce qu’a révélé la récente « affaire » Bettencourt, ce sont les abus de biens sociaux, la corruption de certains politiques par le pouvoir que donne les fortunes hors normes, les salaires et revenus extravagants des hauts dirigeants (en millions d’euros par an, « cadeau » de 100 millions d’euros de l’actionnaire principale à l’ex-P-dG de l’Oréal Owen-Jones), évasion fiscale, privilèges fiscaux en tous genres…
Dans le même temps, la France traverse une crise sociale et une crise des finances publiques. Le Medef et l’UNEDIC nous expliquent qu’il n’y aurait pas d’argent pour financer la création d’emplois avec des revenus décents. »

Tract MNCP, L’Oréal, mercredi 13 avril 2011
(à l’occasion de l’occupation du siège social à Clichy par le MNCP)
_______________________________________________________________

SOURCES
{ INSEE Première – n° 1380 – novembre 2011
Les inégalités de patrimoine s’accroissent entre 2004 et 2010
web : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=ip1380 }
{ Les Echos – rubrique Marchés – mardi 26 avril 2011 Salaires des patrons du CAC 40 : le palmarès 2011
web : http://www.lesechos.fr/ }
{ Le Monde – Les profits du CAC 40 frôlent leur record historique
Samedi 5 mars 2011 web : http://www.lemonde.fr/ }
{ Challenges – n° 264 juillet-août 2011
Fortunes de France – web : http://www.challenges.fr/ }
{ Alternatives Economiques – web : http://www.alternatives-economiques.fr/ }
{ Observatoire des inégalités – web : http://www.inegalites.fr/ }
{ Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE)
Les gouvernements doivent s’attaquer au fossé record qui sépare les riches des pauvres
5 décembre 2011 – web :
http://www.oecd.org/document/35/0,3746,fr_ 21571361_44315115_49175587_1_1_1_1,00.html }

**

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *