Et si on se prostituait ? – Eva Giraud

Et si on se prostituait ?Ce petit livre n’est pas un carnet de bord ni vraiment un roman. C’est un récit à la première personne qui parle à tout le monde. Ceux qui ont déjà dû subir les embûches de la recherche d’un travail comme ceux qui ont eu la chance de ne jamais pousser la porte de Pôle emploi. Séquencé par années, « Et si on se prostituait ? » raconte l’histoire d’une jeune femme – est-ce Eva Giraud ? On ne le saura jamais trop – diplômée dans l’édition et qui n’a pas encore 25 ans. Un détail qui n’en est pas un. Car si l’on n’est pas sérieux quand on a 17 ans, on peut vite devenir blasé et aigri, la vingtaine passée. L’héroïne de cette histoire est inscrite à Pôle emploi mais pas juridiquement au chômage puisqu’elle n’a jamais travaillé, en gagnant de l’argent s’entend. Elle est donc au chômage mais ne touche pas le chômage. Face à son conseiller ou collée à son combiné, aucune case ne lui correspond. Cela, malgré les milliers de CV envoyés, les heures passées dans les transports en commun toulousains et ces dizaines d’entretiens où on lui répète ce qu’elle va finir par intégrer : « Madame, votre principal problème, c’est que vous n’avez pas encore 25 ans et que vous n’avez le droit à rien… » Le droit à rien, jusqu’à cette phrase qui arrive comme une provocation dans le dernier tiers du livre : « Et si on se prostituait ? » Plutôt habilement écrit, ce petit livre raconte un parcours de vie sans jamais devenir le porte-étendard d’une génération. Un parti pris qui se tient mais qui donne au récit un côté premier degré sans réel recul sur la violence du parcours de la recherche d’emploi. Sans le vouloir, « Et si on se prostituait ? » montre combien ces embûches sont intégrées par la majorité des jeunes diplômés qui acceptent de se faire balader jusqu’à l’insulte, envoyant des milliers de CV restant, le plus souvent, sans réponse. Attendant, dans une drôle de fatalité, cet âge béni des 25 ans où l’on peut prétendre enfin à des droits. Notamment celui de pouvoir signer un contrat unique d’insertion ou un contrat d’accompagnement dans l’emploi.

Pierre-Yves Bulteau

________________________________________________

Et si on se prostituait ?, Eva Giraud (roman)
Éditions Cogito, 2014, 90 p., 6,50 €

>>> Retrouvez notre entretien avec l’auteure

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *