Suicide de Mantes-la-Jolie : quatre ans déjà

120816_caf11
La queue à la CAF de Mantes-la-Jolie le 16.08.2012

Le 8 août 2012, un homme, chômeur, s’immole par le feu dans les locaux de la CAF de Mantes-la-Jolie (Yvelines). Les pouvoirs publics publient aussitôt une information soulignant que « ses jours ne sont pas en danger ». Mais cette information, visant à désamorcer l’émotion dans l’opinion publique, est démentie quelques jours après, par l’annonce de sa mort.

120816_CAF3[1]Une gerbe et des roses sur les grilles de l’agence de la CAF

Aussitôt, le MNCP décide de lui rendre hommage et d’interpeller les pouvoirs publics. Une délégation se rend à la CAF de Mantes pour déposer une gerbe le 16 août. Il ne s’agit en effet pas d’un fait « divers », comme le gouvernement et la direction de la CAF tentent de le faire croire mais d’une tragédie. Celle du suicide à bas bruit des chômeurs et des licenciés, que les associations du MNCP dénoncent depuis longtemps.
(Voir aussi Partage )

160813_silhouette_ANONYMEUn chômeur « inconnu » ?

On n’oublie rien. C’est d’autant plus nécessaire que dans cette affaire, un scandale se greffe sur la tragédie. Les pouvoirs publics se sont toujours refusé à révéler l’identité de cette personne désespérée. Ne pas oublier c’est aussi travailler pour qu’un jour son nom et son visage soient rendus à cette victime de la barbarie sociale.

120816_CAF2[3]Au nom du MNCP, Virginie GORSON-TANGUY (à droite)
demande qu’un nom et un visage soient rendus au désespéré inconnu

**

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *